Sport soluce +06 50 39 17 94

Molitor : monument historique... riche en histoires !

Le saviez-vous ? Molitor, cette luxueuse piscine du 16e arrondissement de Paris n’a pas toujours été ce lieu réservé aux privilégiés. Retour sur une histoire assez folle !

Inaugurée en 1929, Molitor fut la piscine la plus courue de Paris pendant 60 belles années. Une fois laissée à l’abandon, elle fut le repère d’incroyables fêtes de l’underground parisien, avant de devenir le lieu d’expression des graffeurs. Aujourd’hui établissement de luxe, Molitor a eu plusieurs visages. Retour sur 90 années hautes en couleurs.

Les temps forts de Molitor : 

 

1929 : L’inauguration de Molitor

C’est à la suite d’un projet de développement des piscines, engagé par la ville de Paris, que Molitor sort de terre (ou plutôt creuse la terre). C’est sous la houlette de l’architecte Lucien Pollet, à qui l’on doit également la piscine Pailleron et celle de Pontoise, qu’est construit cet énorme complexe à l’allure de paquebot et au style art déco. Un bassin d’été extérieur (transformable en patinoire l’hiver), un bassin d’hiver (entouré de 78 cabines), bureau de tabac, salon de coiffure, restaurant, salle de théâtre… Tout était construit pour que les Parisiens y passent la journée !

Et l’inauguration fut aussi grandiose que le lieu, célébrée avec deux nageurs olympiques dont Johnny Weissmuller, célèbre pour son interprétation de Tarzan, qui fut par la suite maître nageur à Molitor.

Le projet, magistralement réussi, fut un carton pendant près de quarante années ! C’était le lieu de rassemblement et de rencontre de tous les Parisiens qui, à l’époque, avaient beaucoup moins de congés payés que nous. Ils pouvaient ainsi décrocher le temps d’une journée.

 

1968 : Molitor lieu de libération de la femme

Durant de nombreuses années, Molitor fut un des terrains d’expression et de libération des femmes. Premier fait marquant : en 1946, Molitor reçoit le tout premier défilé de mode présentant des bikinis (jusque-là interdits). Ils se sont démocratisés, par la suite dans les années 1960, plus particulièrement en 1962.

Hé oui, ici, il n’était pas rare de voir ces dames en bikini, sirotant un cocktail, ce qui n’était pas commun à l’époque. D’ailleurs, pour celles qui voulaient se libérer totalement jusqu’à la poitrine, elles avaient une terrasse réservée (women only) pour pratiquer le topless comme bon leur semblait, sans être inquiétées. Banal aujourd’hui et pourtant révolutionnaire pour l’époque.

 

1989 : le déclin d’une institution

Si Molitor ferme ses portes en 1989, son déclin a en réalité pris plus de temps que cela. Dès 1970, on ferme définitivement la patinoire (qui remplaçait le bassin d’été en hiver). Système de filtration des eaux défaillant, structure abîmée, effritée, verrière endommagée… Le constat est sans appel : il faut faire des travaux de rénovation. Refusés par la mairie de Paris, car trop onéreux, la piscine ferme définitivement ses portes à l’expiration du bail. L’établissement met la clef sous la porte en 1989, pour une durée indéterminée.

 

1989 à 2009 : place à l’underground  !

A Paris, quand un lieu est abandonné, il ne l’est jamais vraiment longtemps ! Et il ne faudra pas beaucoup de temps avant que ces 13 000 mètres carrés laissés à l’abandon ne fassent des heureux. Graffeurs, teufeurs, tous prennent place dans cet établissement pour une création humaine et urbaine sans précédent.

Quel grand graffeur des années 90 n’a pas créé à Molitor ? D’abord fief des street-artistes Parisiens, le bouche à oreille a vite fait son travail. Considéré comme le lieu de pèlerinage des artistes urbains de toute l’Europe, Molitor était devenu the place to graf’ !

 

2001 : La plus grosse rave party de l’underground parisien pose ses enceintes à Molitor

En 1990, Molitor s’inscrit au titre des monuments nationaux, ce qui en fait un lieu attrayant… surtout pour les amateurs de fêtes underground ! Le collectif Heretik, principaux organisateurs de raves party au début des années 2000 décident d’investir les lieux le soir du 14 avril 2001.

Et tout à coup, les habitants du 16e arrondissement de Paris voient 5000 fêtards casser un mur de l’enceinte du bâtiment, pénétrer dans les lieux et allumer le son… jusqu’à 11 heures du matin ! Selon les participants, elle restera la plus importante et la plus historique de toutes les raves de l’underground parisien....

 

2014 : renaissance d’un endroit habité par ses différentes époques

En 2007, la Mairie de Paris lance un appel à candidatures pour la rénovation et l’exploitation de l’ancienne piscine. L’appel d’offre est remporté par l’association de 3 grandes entreprises : Colony Capital, Bouygues Construction et Accordhotels. La promesse ? Réhabiliter le lieu en respectant son architecture et son histoire.

Promesse réussie, puisque après 3 années de travaux, celle qui fut jadis la piscine la plus courue de Paris devient l’un des hôtels les plus chics et les plus secrets de la capitale.

Si dans les cabines du bassin d’hiver, vous pouvez retrouver des œuvres de nombreux street artistes, vous avez des archives et photos de son passé un peu partout.
Mais alors comment fait-on pour découvrir ce lieu dont la réputation le précède ? En réservant une chambre, en s’installant à la table de son très réputé restaurant avant de faire un saut dans l’eau, ou en faisant partie du très sélect club Molitor.

Une chose est certaine, plonger dans Molitor, c’est faire un plongeon à travers le temps !