Sport soluce +06 50 39 17 94

PORTRAIT : Patrick, Maître-Nageur Sauveteur & ancien stewart

Avec la crise sanitaire, beaucoup se demandent s’ils veulent faire le même métier toute leur vie. Beaucoup se posent la question de la reconversion professionnelle. Patrick Thermea, lui, a sauté le pas il y a 3 ans, il nous raconte.

A 59 ans, Patrick Thermea passe ses journées à surveiller les bassins, comme lorsqu’il avait 20 ans. Pourtant, depuis, le Maître-Nageur Sauveteur a vu du paysage puisqu’il a été naviguant chez Air France pendant presque 30 ans, avant de quitter les airs, il y a 3 ans, pour se retrouver à nouveau au bord de l’eau, comme Maître-Nageur en région parisienne. De reconversion en reconversion, il nous raconte son parcours.

>> Reconversion professionnelle, changez de cap et devenez MNS

Quelle était votre vie d’avant ?

Je viens de la Réunion. Vous savez c’est une île où on est tout le temps à la mer, à faire du surf, du paddle… Donc très jeune j’étais lié profondément à la mer car j’y étais tous les jours. C’était ma seconde maison. Alors à 18 ans je me suis dit “pourquoi pas mêler l’utile à l’agréable”. J’ai passé mon BPJEPS AAN en 1981, et suis devenu Maître-Nageur Sauveteur.

J’ai fait cela quelques années, puis je me suis tourné vers l’aérien, où je suis devenu responsable des équipages, chef de cabine principal chez Air France. J’ai connu tous les avions et j’ai 15 000 heures de vol à mon actif. Bien sûr, pendant toute la période où j’étais dans les airs, je gardais les pieds sur terre et je faisais des vacations de MNS.

Entre-temps, j’ai également fait un master en management des entreprises à l’IAE de Paris. Et aujourd’hui, je suis MNS mais aussi maître praticien en PNL (Programmation Neuro linguistique) et en hypnothérapie. Ce sont des pratiques tournées autour de la communication verbale/non verbale.

>> Découvrez l’hypnothérapie avec Patrick

Quel est le rapport entre toutes ces activités ?

C’est la communication. Le fait de rencontrer du monde et des cultures différentes. L’adaptabilité est présente aussi bien dans un avion à 9 000 m d’altitude qu’au bord d’une piscine. Le relationnel, le travail de gestion d’équipe… il y a beaucoup de points communs à ces métiers.

Quel est le lien entre l’aviation et la natation ? 

Le lien entre l’aviation et la natation, c’est la sécurité du public. Il m’est déjà arrivé de faire un sauvetage de personne, en faisant un massage cardiaque par exemple, en plein vol et d’être en lien avec le samu de Paris, tout comme au bord d’un bassin.

Pourquoi avez-vous décidé de redevenir MNS ?

Pour ma part, je n’ai pas réellement abandonné l’aviation puisque je continue de beaucoup voyager dans les airs. Mais il y a 3 ans, il y a eu un plan de départ volontaire chez Air France, et je voulais me consacrer à mon métier premier qui est la natation. C’est, pour moi, un véritable retour aux sources.

>> A lire aussi : La médaillée olympique Mylène Lazare répond à vos questions

Quelle a été votre plus belle surprise dans le métier de MNS ? A laquelle vous ne vous attendiez pas ?

D’avoir appris à des gens qui ne savaient pas du tout nager et qui avaient la phobie de l’eau, à l’apprivoiser et à savoir nager. C’est gratifiant, surtout que j’ai été confronté à beaucoup de noyades à la Réunion, la mer est déchaînée, il y a des requins… Donc si je peux aider un maximum de gens à apprendre à nager, c’est pas mal.

Qu’est-ce que vous diriez à tous ceux qui aimeraient se reconvertir en MNS et qui n’oseraient pas ?

C’est un très beau métier avec beaucoup de relationnel. Il y a du travail d’équipe, on apprend toute l’année car on est en formation constante, c’est un métier où on s’entretient physiquement, on est obligé de s'entraîner, de nager, de faire du sport à côté pour être au top. Bref, c’est un métier diversifié, on peut également se spécialiser en aquagym, en natation pour les séniors, en natation de club, pour les enfants, les bébés… Il y a plusieurs branches qui sont très intéressantes dans la natation !

>> BJEPS AAN, vous avez des questions sur la formation ? Nous avons des réponses !

Moi j’ai passé un diplôme Sport-Santé, par exemple, qui permet aux gens qui sont ALD (Affection longue durée), qui ont des pathologies longue durée (diabète, asthme…) de prendre des cours de natation, afin de les aider dans cette pathologie ou carrément l’améliorer.

Le mot de la fin ?

Quand on est Maître-Nageur sauveteur, on est très très utile. Alors, faites comme moi, sautez de l’avion et  jetez-vous à l’eau.